Moitessier

Le chemin des îles


  • Format : 195 x 255 mm
  • 144 pages
  • EAN/ISBN : 9782723428538

Prix : 25.50 €   Acheter


"Je n'aime pas courir, j'aime naviguer... " disait Bernard Moitessier, au lendemain d'un tour du monde de légende qu'il choisit de prolonger jusqu'au bout de lui-même. Élan mystique et solidaire d'une longue route de près de 40000 miles sans escale. Entré dans la mémoire de la mer en refusant l'engrenage de la gloire et de l'argent, ce navigateur hors pair disait aussi : "J'ai toujours cru à la sueur qu'on offre à la terre."
D'épreuves en défis, il avait fait de la voile le voyage intérieur d'un homme en quête d'absolu, qui interrogeait le monde comme le marin les étoiles.
Ascète, rêveur, bricoleur, poète, penseur aux pieds nus, il transforma son aventure personnelle en démarche collective, sur un petit atoll au cœur du Pacifique, avec pour maîtres mots : création, conscience, génie du coeur, alliance avec la nature.
Puis ce fut la croisade pour les arbres fruitiers auprès des maires de France, le naufrage de Joshua, le "bateau magique", et enfin la lente écriture de Tamata et l'alliance, grand livre de mémoire traçant le sillage d'une vie changée en destin.
Un sillage que Dominique Charnay, confident des vingt dernières années, éclaire et prolonge en une suite de souvenirs illustres. On retrouve, dans ses décors familiers, à Tahiti, à Paris et ailleurs, un Moitessier intime, parfois inattendu, humain et attachant.


Dans la même collection

Commentaires

  • Posté par Cruz, le 08/04/2011

    Je me demande si Dominique Charnay a bien compris Bernard Moitessier. Dans une interview, Charnay expliquait que Moitessier a fait don de ses droits d'auteurs au Vatican sans se rendre compte que la politique du Pape allait à l'encontre de ses idées, car il était mal documenté sur celui-ci. Je pense pour ma part que Moitessier a fait cela pour la même raison qu'il a renoncé à gagner le tour du monde : "pour sauver mon âme", a-t-il dit. Moitessier aurait-il pu sauver son âme en faisant don de ses droits d'auteurs à la fondation Nicolas Hulot, au WWF, à Greenpeace, ou à toutes ces autres organisations "humanitaires" qui sponsorisent toutes de grandes multinationales capitalistes et polluantes (IKEA pour le WWF, L'Oréal pour Hulot, Nokia pour Greenpeace, etc) ? Bien sûr que non ! Il savait bien que le Pape n'utiliserait pas son argent pour promouvoir la société de consommation, celle qu'il rejetait. Ce n'était certainement pas le cas de la plupart des organisations qui réussissent à berner le grand coeur lambda, mais pas Moitessier qui devait ressentir leur vraie nature, de manière plus ou moins consciente. Moitessier n'a pas fait don de ses droits d'auteur au Vatican par ignorance. Il l'a fait pour deux raisons : il voulait faire don, et il voulait faire don à ce qui lui semblait le moins contaminé par la société moderne. Moitessier dit dans "Tamata et l'Alliance" qu'il est évident que le Veau d'Or de l'occident menera l'humanité à sa perte. Encore une référence religieuse, en plus de "sauver son âme". Quels que soit les défauts de l'Eglise, celle-ci est peut-être la seule grande organisation du monde à se battre contre la société de consommation et contre le "Veau d'Or de l'occident". Donc, la seule grande organisation au monde à avoir ce point commum avec Moitessier. Son geste était logique, éclairé, et intelligent. Pas ignorant. Vous pensez peut-être que dans nos 200 000 années d'histoire humaine, l'époque préférée de Moitessier c'est la société de consommation et le déclin de la religion qui l'accompagne ? Absurde. Dire autre chose n'est que salir la mémoire de Bernard Moitessier, n'est qu'une insulte à sa mémoire et à son élan humaniste. Même si ce n'est pas volontaire. Je précise que je ne suis absolument pas croyant, mais j'admire Bernard Moitessier et cela me fait mal au coeur de voir sa mémoire salie.

    ">

Poster un commentaire

Vous voulez poster un commentaire ? Inscrivez vous vite au site Glénat ! Si vous êtes déjà inscrit, veuillez-vous connecter ici !